Réservé aux abonnés

Le milieu routier se sent dupé

Le TCS et l'ACS crient tous deux à la tromperie. De son côté, Yvan Perrin vole au secours des pouvoirs publics.
23 oct. 2013, 00:01
data_art_1900732.jpg

D'un côté, l'Etat percepteur qui rit. De l'autre, l'automobiliste plumé qui pleure. C'est l'image que veulent faire passer le Touring club Suisse (TCS) et l'Automobile club de Suisse (ACS), qui mènent la fronde contre l'augmentation du prix de la vignette autoroutière de 40 à 100 francs.

Le 24 novembre, le peuple se prononcera sur le projet soutenu par le Conseil fédéral, le Parlement et l'ensemble des cantons. La semaine dernière, un premier sondage indiquait que 53% des Suisses penchent pour un...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois