Le Maroc choqué par une pub suisse associant Marrakech à... la diarrhée

"Ne passez pas vos vacances au petit coin". C'est le slogan d'une publicité du groupe pharmaceutique français Sanofi diffusée en Suisse. Le tout, sur fond visuel de Marrakech, haut lieu du tourisme marocain. Le pays s'offusque et la pharma s'excuse.

18 juin 2015, 07:13
Associer diarrhée et Marrakech, une maladresse incompréhensible de la part du groupe pharmaceutique.

Le groupe pharmaceutique français Sanofi a été contraint de présenter des excuses "aux professionnels du tourisme et aux citoyens marocains" après la vive réaction suscitée par une campagne de communication en Suisse. Celle-ci associait tracas digestifs et séjour à Marrakech, destination phare du Maroc.

Malgré ces excuses et l'annonce du retrait immédiat de la publicité, le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad, cité mercredi par des médias locaux, a affirmé que le royaume envisageait de porter plainte pour le "préjudice" subi.

Lancée samedi en Suisse selon le site d'informations H24, l'affiche publicitaire comprend une photo de la place Jamaa el Fna - classée au patrimoine de l'humanité et connue pour ses stands de restauration - avec le slogan: "Ne passez pas vos vacances au petit coin".

"Dans le cadre de la promotion en Suisse d'un produit grand public pour la santé du voyageur (...), différents visuels ont été développés représentant des destinations touristiques majeures à travers le monde, dont la ville de Marrakech", a expliqué dans un communiqué la filiale marocaine de Sanofi.

Affaire évoquée au parlement

"Constatant que ce visuel portait atteinte à l'excellente image dont bénéficie le tourisme marocain (...), Sanofi Suisse a immédiatement retiré ce visuel", a poursuivi le groupe pharmaceutique, "présent au Maroc depuis plus de 50 ans à travers deux filiales". Sanofi Maroc a "présenté ses excuses aux professionnels du tourisme et aux citoyens marocains".

D'après des médias locaux, l'affaire, évoquée mercredi devant le parlement, pourrait toutefois ne pas en rester là. "De simples excuses de la filière marocaine de Sanofi ne sont pas suffisantes. (...) Nous sommes en train d'étudier l'impact sur l'image du Maroc. En fonction des résultats, nous prendrons les mesures nécessaires pour que le préjudice soit réparé", a affirmé le ministre du Tourisme, interrogé par le site Le360.