Le groupe UDC rejette une entrée du parti dans l'opposition

Le groupe parlementaire UDC rejette une entrée du parti dans l'opposition. Il recommande aux délégués de voter pour un maintien d'Ueli Maurer au Conseil fédéral lors de l'assemblée du 28 janvier.

20 déc. 2011, 19:43
00336559

Le groupe a voté aujourd’hui cette recommandation à l'unanimité, avec une abstention, a indiqué le chef du groupe Caspar Baader aux médias à l'issue d'une séance de plus de quatre heures. Il est d'avis que le parti peut faire davantage avancer les choses avec un conseiller fédéral qu'en étant à l'extérieur du gouvernement.

Parallèlement, l'UDC veut suivre les propositions du Conseil fédéral de manière critique, a souligné le Bâlois. Cela signifie que davantage de référendums et d'initiatives pourraient être lancés.

Le conseiller fédéral Ueli Maurer a participé à la séance. Mais il n'a souhaité faire aucun commentaire aux journalistes.

Frustrations exprimées

La séance a aussi été l'occasion de revenir sur l'élection au Conseil fédéral de mercredi dernier. Plusieurs voix s'étaient élevées pour critiquer la stratégie de Caspar Baader et du président Toni Brunner et vice-président Christoph Blocher, qui ont décidé d'attaquer le siège du PLR Johann Schneider-Ammann contre l'avis d'une minorité de parlementaires modérés.

Certains au sein du groupe ont estimé que combattre ce siège était une erreur, a reconnu Caspar Baader sans plus de détails sur ces critiques. La discussion était ouverte, a indiqué le vice-président, le Neuchâtelois Yvan Perrin.

Tout le monde a pu exprimer ses avis et frustrations, a renchéri Oskar Freysinger sur les ondes de la Radio suisse romande. Le chaos qui a régné le jour de l'élection, avec ordres et contre-ordres, a été reconnu, selon lui.
Affaire Zuppiger

L'affaire Zuppiger a également été évoquée, a indiqué Caspar Baader sans plus de précision. En revanche, une éventuelle démission du Zurichois de son mandat de conseiller national n'a pas été abordée.

Bruno Zuppiger a été impliqué dans une affaire de détournement d'héritage. Après la révélation du scandale par la «Weltwoche», il a retiré sa candidature au Conseil fédéral, une semaine avant l'élection. Ce week-end, il a démissionné de la présidence de l'Union suisse des arts et métiers.

Relève

Concernant sa succession comme chef de groupe, Caspar Baader a indiqué que les candidatures étaient nombreuses. Il n'a pas souhaité donner de noms, le délai pour le dépôt des candidatures étant fixé au 31 décembre. Le groupe élira son nouveau président le 21 janvier.

Quelques jours plus tard, le 28, les délégués de l'UDC discuteront d'une éventuelle entrée totale du parti dans l'opposition lors d'une assemblée à Berg, en Thurgovie. Ils se réuniront à nouveau le 5 mai pour reconduire les instances du parti.