Réservé aux abonnés

Le front uni des PME s'oppose à "l'utopie" des jeunes socialistes

Bien qu'ils ne soient pas visés, les petits patrons montent au créneau.
24 oct. 2013, 00:01
data_art_1903485.jpg

PHILIPPE VILLARD

Dans l'univers des PME, on vit la campagne de l'initiative 1:12 comme " un gros problème ", comme l'avance sans ambages André Berdoz, très actif sur ce dossier au sein de l'Usam et du Centre patronal vaudois.

Il dirige une entreprise d'installations électriques de 15 personnes, basée à Grandvaux. Chez lui, le collaborateur le moins bien payé gagne 86 000 francs annuels tandis que le boss confesse émarger " autour de 130 000 francs ".

Discours identique du côté de la...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois