Le ballon lâché en juillet lors d'une kermesse par un petit Français est arrivé à Chicago en octobre

On l'a tous fait: un lâcher de ballon dans une fête de village ou dans un mariage. On attache une carte et on attend... souvent en vain. Florian, un jeune Français de 8 ans, a dû se dire que, comme les autres, sa carte s'était perdue. Mais, cette semaine, il a reçu une carte postale postée à... Chicago. Selon les spécialistes, son ballon a pu transiter par la Russie et l'Alaska avant d'arriver chez une certaine "Stephany".

28 oct. 2016, 19:54
/ Màj. le 28 oct. 2016 à 20:08
Le ballon a parcouru des milliers de kilomètres, peut-être via la Russie et l'Alaska, avant d'atterrir à Chicago (illustration).

Un ballon lâché début juillet par un écolier de l'est de la France a été retrouvé à Chicago. C'est une Américaine qui lui a envoyé une carte postale expliquant sa découverte, a raconté à l'AFP la mère de l'enfant.

Florian, 8 ans, avait inscrit son prénom et son adresse sur une vignette attachée à un ballon, gonflé à l'hélium et lâché avec 150 autres lors de la kermesse de l'école à Serrières-de-Briord, a précisé sa mère Nadine Schweitzer, confirmant une information parue dans la presse locale.

Cette semaine, la famille a reçu une carte postale de Chicago, datée du 18 octobre et signée "Stephany". Le message en anglais, accompagné de la vignette identifiant Florian, précisait qu'elle avait découvert le ballon "dans un endroit cher à son coeur" et disait "prends bien soin de toi".

Via la Russie et l'Alaska

Étonnant, mais "pas impossible pour un objet léger comme un ballon ou un sac plastique de parcourir des milliers de kilomètres, porté par les vents en altitude", assure à l'AFP Étienne Kapikian, prévisionniste à Météo France.

"On ne peut émettre que des hypothèses, mais (...) on peut envisager par exemple que le ballon ait été emporté vers l'Europe de l'Est puis ait bifurqué vers le nord de la Russie, longé les côtes arctiques puis soit redescendu via l'Alaska vers Chicago", ajoute-t-il.

La mystérieuse correspondante américaine "n'a donné ni son nom de famille, ni son adresse. Nous souhaiterions la connaître, mais c'est comme chercher une aiguille dans une botte de foin", relève Nadine Schweitzer.

Il reste néanmoins un espoir ténu de retrouver sa trace. Une connaissance à Chicago "doit faire paraître l'histoire de Florian et Stephany dans un journal local. Et puis, il y a les réseaux sociaux. Peut-être, alors, aurons-nous une réponse...", dit Nadine. Une autre "bouteille à la mer" lancée outre-Atlantique grâce à ce ballon voyageur.