Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

L’avenir de la science en jeu

A la tête du Fonds national de la recherche scientifique depuis 2016, Angelika Kalt redoute le clash avec l’Europe en cas de succès de l’initiative de limitation.

27 févr. 2020, 00:01
DATA_ART_7314636

Moteur de l’innovation, la recherche en Suisse bénéficie des programmes de l’Union européenne (UE). Directrice du Fonds national de la recherche scientifique (FNS), depuis 2016, Angelika Kalt (59 ans) le sait bien. Elle tient la tour de contrôle d’une institution fondée en 1952, qui profite largement de l’ouverture de la Suisse. Sous la houlette d’un comité de fondation présidé par l’ex-conseiller national UDC Jürg Stahl, redoute-t-elle une fermeture de cet esprit de collaboration avec nos voisins alors que pointe à l’horizon le vote sur l’initiative de limitation? L’innovation est en jeu.

La Suisse a dû amortir avec peine les conséquences négatives pour la recherche de l’initiative du 9 février 2014. Faut-il redouter l’initiative de limitation soumise au peuple le 17 mai prochain?

Une ouverture internationale est cruciale pour la qualité de la recherche et de l’innovation en Suisse: plus de la moitié des collaborations internationales dans les projets soutenus...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias