Lausanne décidera jeudi du séjour des Yéniches au Chalet-à-Gobet

Jusqu'à jeudi, les Yéniches peuvent rester sur le terrain utilisé par l'Ecole hôtelière. La municipalité décidera ce jour-là de la suite de leur séjour.

18 mai 2015, 16:24
Un groupe de la communaute Yeniche en provenance d'Yverdon, comprenant quatre caravanes s'installent sur une nouvelle place propriete de l'Ecole Hoteliere de Lausanne ce jeudi 14 mai 2015 au Chalet-a-Gobet au bord de la route de Berne a Lausanne. Les gens du voyage indigenes, les Yeniches, ne voulant pas de la place de passage mise a disposition par l'Etat de Vaud. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Les Yéniches, installés sur un terrain de la ville de Lausanne au Chalet-à-Gobet (VD), peuvent y rester jusqu'à jeudi, indique lundi le syndic Daniel Brélaz. La municipalité décidera ce jour-là de la suite de leur séjour.

"C'est une décision que je ne peux pas prendre tout seul, elle est collégiale", explique le syndic. Jusqu'à jeudi, les Yéniches peuvent rester sur ce terrain utilisé par l'Ecole hôtelière. "Ils vont m'écrire et clarifier ce qu'ils veulent", précise l'écologiste.

Les Yéniches aimeraient rester plus longtemps à cet endroit, "mais c'est très variable quant à la durée, de 10 jours jusqu'à toute la saison", note Daniel Brélaz. Porte-parole des Yéniches en Suisse romande, Albert Barras ne cache pas que leur souhait serait de pouvoir rester toute la saison.

L'Ecole hôtelière ne voit "aucun inconvénient" à ce que l'on reste à cet endroit, où l'établissement a prévu de construire. "On paiera le courant électrique et l'eau, comme d'habitude", ajoute Albert Barras, en précisant qu'à l'heure actuelle quatre caravanes sont installées.

Pour mémoire, les Yéniches ont refusé la place provisoire prévue par le canton de Vaud aussi au Chalet-à-Gobet, mais au bord de la route de Berne et dangereuse selon eux. Auparavant, ils s'étaient installés illégalement à Yverdon-les-Bains et avaient dû partir.