Lausanne - Paris: TGV Lyria sur de bons rails

Forte d'une croissance de son chiffre d'affaires de 40% en 3 ans, la société franco-suisse TGV Lyria va tester une nouvelle liaison Genève-Lille et lance un nouveau train entre Lausanne et Paris via Genève.
07 août 2015, 14:18
Le nouveau train a grande vitesse (TGV) Lyria de la SNCF arrive en gare CFF, ce lundi 27 aout 2012 a Lausanne. Le nouveau train grande vitesse (TGV) Lyria est attendu pour la premiere fois en gare de Lausanne. Le temps de parcours avec Paris restera le meme, mais le confort des passagers sera ameliore, indique vendredi Lyria, filiale des CFF et de la SNCF. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)

TGV Lyria affiche une belle croissance pour les 30 ans de sa ligne Lausanne-Paris. De 2010 à 2013, la société franco-suisse a augmenté de 40% son chiffre d'affaires. Elle va tester une nouvelle liaison Genève-Lille et lance un nouveau train entre Lausanne et Paris via Genève.

En 1984, la ligne Lausanne-Paris était mise en service. D'autres liaisons suivront de Genève, Bâle ou Zurich vers la capitale française et aussi de Genève vers Montpellier, Marseille et Nice. En 2013, TGV Lyria a transporté plus de 5,9 millions de passagers.

Axe économique et culturel

La conseillère d'Etat vaudoise Nuria Gorrite a rappelé mardi l'importance de cet axe vers Paris. "Cela signifie un accès à la France économique et culturelle, ce qui est fondamental pour la Suisse romande", a-t-elle déclaré devant la presse, à l'occasion des 30 ans de la ligne historique.

TGV Lyria, détenue à 74% par la SNCF et 26% par les CFF, est une société de droit français, avec siège à Paris. "Son activité a crû très fortement ces dernières années, atteignant un chiffre d'affaires de plus de 360 millions d'euros en 2013", a rappelé son président, Jean-Yves Leclercq.

Année 2014 difficile

Si l'entreprise assure avoir un "bel avenir", l'année 2014 se situe un peu en retrait. TGV Lyria a souffert de "la crise économique profonde en France", qui a fait chuter le nombre de passagers français, et par les travaux prévus sur plusieurs lignes, notamment entre Genève et Bellegarde, avec 48 jours d'interruption de trafic.

La liaison Lausanne-Paris reste "rentable" et "dynamique". Dès décembre, elle sera renforcée par un train pour Paris circulant via Genève. TGV Lyria va aussi "tester le nord de la France, avec un train Genève-Lille avec arrêt à Eurodisney", a expliqué Alain Barbey, directeur général. "C'est un investissement, un risque. Mais on croit aux développements pour le marché romand".

La référence pour Paris

TGV Lyria souhaite rester "le transporteur de référence pour Paris", a ajouté M. Barbey. Un retour du TGV à Neuchâtel, abandonné depuis fin 2013, n'est pas d'actualité: "Ce n'est pas envisageable. C'est beaucoup trop onéreux", a-t-il expliqué, précisant que des trains permettent aux Neuchâtelois d'aller prendre le TGV à Frasne (F).

La ligne Genève-Montpellier affiche "clairement des pertes". Le TGV vers Berne, prolongé jusqu'à Interlaken (BE), a permis de capter une plus grande clientèle asiatique, qui voyage en groupe. Pour mieux concurrencer les compagnies aériennes, TGV Lyria envisage d'ouvrir ses réservations plus tôt, soit six mois avant le départ au lieu de trois actuellement.