Réservé aux abonnés

L’affaire Stettbacher fatale à un juriste

Le haut gradé avait été suspendu à tort. Conséquence: Guy Parmelin a dégradé le chef du service juridique de l’armée.
16 mars 2018, 00:01
DATA_ART_5230947

L’affaire avait fait du bruit: fin 2016, le ministre de la Défense Guy Parmelin (UDC) suspendait le médecin en chef de l’armée Andreas Stettbacher, soupçonné d’infractions pénales. En arrière-fond, des dépenses effectuées dans l’exercice de ses fonctions, notamment le souper de Noël 2015, régalé à hauteur de 500 francs par collaborateur, soit 15 000 francs en tout!

Puis, en septembre dernier, coup de théâtre: le conseiller fédéral réintègre et blanchit le divisionnaire. Tout le monde crie au couac. Et Guy Parmelin annonce des mesures. L’une d’elles sera forte: le chef du se...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois