La Suisse deuxième pays en matière de transition énergétique selon le WEF

La Suisse a été élue deuxième meilleur pays en matière de transition énergétique selon l'indice du Forum économique mondial. Elle dépasse ainsi la Norvège mais reste derrière la Suède, experte en la matière.

25 mars 2019, 07:02
La transition énergétique passe notamment par l'installation de panneaux solaires pour utiliser de l'énergie durable.

La Suisse gagne un rang et devient deuxième sur la transition énergétique dans l'indice du Forum économique mondial (WEF). Elle est notamment première pour les investissements dans l'efficience énergétique, dit un rapport publié lundi.

La Suisse reste derrière la Suède mais elle a dépassé la Norvège. Elle devance toujours la Finlande et le Danemark. Comme dans le rapport publié il y a un an, les dix premiers sont européens.

La Suisse est toujours troisième en matière de dispositif énergétique national et quatrième pour la préparation à la transition énergétique. Outre les investissements dans l'efficience énergétique, elle est première dans plusieurs segments, notamment pour le taux d'électrification ou la part de subventions énergétiques dans le Produit intérieur brut (PIB).

 

 

Mais aussi pour l'utilisation de combustibles solides, les notations de ses institutions, la qualité des infrastructures de transport et la qualité de l'éducation. Ou encore la disponibilité des technologies, la part la plus basse d'électricité tirée du charbon ou celle des réserves d'énergies fossiles.

En revanche, elle arrive loin pour les importations énergétiques ou l'énergie par habitant. Plus largement, le rapport constate que les avancées mondiales vers un environnement durable sont peu élevées et qu'elles ont même ralenti. Les coûts de l'énergie ont augmenté et la durabilité a diminué, alors que l'accès énergétique s'est amélioré. Moins d'un milliard de personnes n'en bénéficient pas.

Le rapport appelle notamment à une diversification économique vers des branches qui consomment moins d'énergie et à une collaboration entre pays développés et en développement pour un transfert de technologies. Il veut des énergies plus durables grâce à des investissements pour aboutir à de nouvelles technologies et un effort commun des différents acteurs.