La pandémie a renforcé le fédéralisme, selon Alain Berset

Ce jeudi, à l’occasion de la Conférence sur le fédéralisme qui s’est déroulée en ligne, le ministre de la santé Alain Berset s’est exprimé sur le système helvétique.

27 mai 2021, 13:37
Jusqu'à présent, le compromis a fait ses preuves, estime Alain Berset.

La pandémie de Covid-19 a mis à l’épreuve le système fédéraliste de la Suisse, mais elle l’a aussi renforcé. C’est ce qu’a déclaré jeudi le conseiller fédéral Alain Berset lors de la sixième Conférence nationale sur le fédéralisme.

Le partage du pouvoir est l’une des principales forces de la Suisse. Le fédéralisme est comme un fleuve qui cherche son cours, selon le ministre de la santé.

Il faut beaucoup de pragmatisme et de volonté politique pour trouver ensemble des solutions.
Alain Berset

La coopération entre les cantons et la Confédération n’est pas strictement canalisée. Tout n’est pas réglé sur le plan juridique, en particulier en situation de crise. C’est pourquoi il faut beaucoup de pragmatisme et de volonté politique pour trouver ensemble des solutions, a souligné le conseiller fédéral.

Coordination et communication

La pandémie a été un défi pour le fédéralisme qui a exigé un haut degré de coordination et de communication. Elle a obligé le Conseil fédéral à assumer temporairement davantage de responsabilités.

Pendant la crise, le Conseil fédéral a opté pour le compromis. Il a toujours essayé de trouver un équilibre entre la santé de la population et la vie sociale et économique. Il a essayé d’éviter le plus de souffrances possible, a déclaré le ministre de la santé.

Problèmes de coordination 

La pandémie a renforcé le fédéralisme, même si tout ne s’est pas déroulé sans heurts. Il y a eu des retards et des problèmes de coordination entre la Confédération et les cantons et parfois aussi entre les différents départements et entre les cantons, reconnaît le ministre de la santé.