Réservé aux abonnés

La mort annoncée des jeux violents

Qu'importe l'internet, le commerce en ligne ou la vogue des consoles portables, les parlementaires ne veulent plus voir de jeux violents en Suisse.

20 mars 2010, 05:01

Difficile de vouloir le bien des jeunes contre leur gré. Philippe Nantermod, vice-président des jeunes libéraux-radicaux, traite de «has been» les sénateurs qui ont décidé hier d'interdire les jeux vidéo violents. Et il compare ce débat à celui qui faisait rage entre les parents et leur progéniture à la fin des années 60, à propos du rock'n'roll. Ce n'est pas qu'il adore tirer lui-même virtuellement sur un ennemi potentiel, mais en tant qu'ancien chroniqueur sur les jeux vidéo po...