La légère baisse des dons de sang en 2012 n'entame pas les stocks

Les Suisses ont donné moins de leur sang en 2012. Les besoins ayant également diminué, les stocks sont restés identiques.

22 mai 2013, 11:00
Un don de sang dure environ trois-quarts d'heure entre le remplissage du questionnaire, le prélèvement à proprement parler (dix minutes) et la collation qui suit. Ce n'est pas douloureux.

Le nombre de dons de sang a reculé de 2,5% l'an dernier, pour s'établir à 361'5000. Comme la demande des hôpitaux a également légèrement fléchi, cette baisse n'est pas inquiétante, écrit mercredi le service de transfusion sanguine CRS Suisse.

En raison de cet équilibre entre les dons et la demande, le taux de perte s'est situé à 1,2%, un niveau très bas, se réjouit dans son rapport annuel Transfusion CRS Suisse, une institution automone rattachée à la Croix-Rouge suisse. Les poches de sang ont donc rarement dû être détruites à cause d'une date de péremption dépassée.

Les stocks ne sont jamais descendus en dessous du seuil critique de 6000 unités. Ils ont été bien remplis en juin/juillet 2012 afin de faire face à la période estivale difficile et en décembre 2012 pour gérer les demandes durant les fêtes de fin d'année et l'épidémie de grippe de janvier/février.

Cellules souche

Près de 42'000 donneurs de cellules souche étaient enregistrés l'an dernier, soit une hausse de 17% par rapport à 2011. Ce nombre a presque doublé en trois ans, notamment grâce à un enregistrement simplifié par internet, mais il se situe encore loin de l'objectif de 70'000.

Et l'âge moyen de 39 ans est élevé, constate Transfusion CRS Suisse. En effet, les cellules souche des jeunes donneurs sont plus actives et plus divisibles.

Parallèlement, le nombre de transplantations de cellules souche a continué à augmenter l'an dernier pour se situer à 122, un chiffre record. Ces interventions ont eu lieu à Genève, Zurich et Bâle.

Dons infectés dépistés à temps

Comme les années précédentes, aucune transmission du VIH ou de l'hépatite C n'a eu lieu. Les services de transfusion ont détecté et éliminé 22 dons de sang infectés par le virus de l'hépatite C et deux par le VIH. Le dernier cas de contamination remonte à douze ans.