Réservé aux abonnés

La grande introspection verte

28 déc. 2011, 00:01
data_art_583269

Après la défaite des Verts aux élections fédérales, la jeune garde du parti veut une ligne politique moins contestatrice et plus gestionnaire.

La nouvelle année s'annonce chaude pour les Verts suisses. D'ici au printemps prochain, la base du parti doit se doter d'une nouvelle présidence, dans un climat de tensions internes après le recul de 1,2% et la perte de cinq sièges au Conseil national. Une défaite que la "jeune garde" s'est empressée de mettre sur le compte d'une ligne politique trop gauchisante incarnée par certaines figures historiques, dont l'actuel président des Verts Ueli Leuenberg...