La direction du "Temps" sur les rangs pour racheter son titre

La direction du quotidien "Le Temps" a fait part mardi de son intérêt à racheter le titre.
29 oct. 2013, 17:07
La décision des éditeurs alémaniques Tamedia et Ringier de vendre leur participation dans "Le Temps" est tombée le 8 octobre dernier.

Des membres de la direction du "Temps" se mettent sur les rangs pour racheter le quotidien. Le projet communiqué mardi aux collaborateurs est soutenu par la directrice générale du quotidien genevois à vocation suprarégionale, Valérie Boagno, qui a donné l'information au "12h30" de la RTS.

Elle est accompagnée par quatre autres membres de la direction. Parmi eux figure le rédacteur en chef Pierre Veya. Selon Valérie Boagno, le management se devait de franchir le pas, d'enclencher une démarche, d'ouvrir "des pistes de réflexion" dans le but de pérenniser le journal. L'idée consiste à garantir l'indépendance éditoriale et la crédibilité du "Temps".

"La démarche ne s'opère pas contre les actionnaires de référence", a insisté Valérie Boagno. "En faisant acte de candidature, nous comptons sur leur intérêt".

Début du processus

Pour l'heure, le processus n'en est qu'à son début. Les cinq personnes qui s'engagent (Valérie Boagno, Pierre Veya, Virginie Fortun, Philippe Raboud et Marianna Di Rocco) ont ainsi formellement signalé leur intérêt à la société lausannoise Dimension, en charge de collecter les candidatures pour le compte de Tamedia et Ringier. Au-delà, le quintette doit désormais étoffer son offre, notamment d'un point de vue financier, histoire de se donner les moyens de ses ambitions. Il va s'atteler désormais à monter un dossier complet.

Suite au courriel reçu mardi matin, les journalistes du "Temps" ont tenu une assemblée générale dès l'après-midi. Tout en réaffirmant leur attachement aux valeurs du quotidien, la Société des rédacteurs et du personnel (SRP), par ailleurs actionnaire, a invité tous les candidats à une reprise à venir présenter leurs projets.

La décision des éditeurs alémaniques Tamedia et Ringier de vendre leur participation dans "Le Temps", chacun à hauteur de 46,2%, est tombée le 8 octobre dernier. Ils souhaitent trouver un seul et unique acheteur et entendent réévaluer la situation s'ils devaient ne pas identifier le repreneur idéal.

Plusieurs autres acquéreurs potentiels ont déjà manifesté leur intérêt, notamment des candidats confirmés comme le quotidien "L'Agefi" et l'horloger Jean-Claude Biver (Hublot). La "SonntagsZeitung" a aussi mentionné l'intérêt de Christoph Blocher et du financier tessinois Tito Tettamanti (MedienVielFalt Holding).

Le tirage du "Temps" s'élève à 39'716 exemplaires, un volume en recul ces dernières années, à l'instar d'autres titres. Le journal compte quelque 115'000 lecteurs.