Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

L'USS esquive le débat financier

Forts de leur victoire, les syndicats bétonnent les acquis et réclament des mesures pour les petits revenus. Mais ils ne prévoient pas de recettes supplémentaires.

09 mars 2010, 05:02

Les dirigeants de l'Union syndicale suisse (USS) affichaient hier la mine détendue des vainqueurs. Dopés par le succès de leur référendum contre la baisse du taux de conversion du deuxième pilier, ils sont sûrs de gagner les batailles suivantes, qu'il s'agisse de la 11e révision de l'AVS ou de la réforme de l'assurance chômage. «Nous ne laisserons passer aucun des projets de démantèlement social soumis au Parlement», souligne le président de l'USS Paul Rechsteiner. Par contre, l'heure n'est pas aux grandes réformes pour lesquelles il n'y a pas de financement. Les mots d'ordre sont le maintien des acquis sociaux et des améliorations ponctuelles du système, notamment en faveur des petits revenus.

80% du dernier salaire

Selon la Constitution, rappelle le coprésident du syndicat Unia, Andreas Rieger, le premier et le deuxième piliers doivent permettre à l'assuré de «maintenir de façon appropriée son niveau de vie antérieur».

Le Conseil fédéral a...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias