L'IFSN dépose une plainte contre des militants écologistes

Des activistes de Greenpeace, accusés d'avoir endommagé l'enceinte de confinement de la centrale de Beznau, sont la cible d'une plainte déposée par l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN).

06 nov. 2014, 11:31
Greenpeace-Aktivisten, darunter Marco Weber, rechts, haengen ihr Transparent mit der Aufschrift "the end" an die Fassade des AKW Beznau bei Doettingen AG, am Mittwoch 5. Maerz 2014. Aktivisten von Greenpeace sind am Mittwochmorgen in das Gelaende des AKW Beznau der Axpo eingedrungen und verlangen die sovortige Einstellung des AKW Beznau.  (KEYSTONE/Urs Flueeler)

L'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) a déposé une plainte pénale mardi auprès du Ministère public de la Confédération. Des activistes de Greenpeace sont accusés d'avoir endommagé l'enceinte de confinement de la centrale de Beznau (AG) lors d'une manifestation en mars dernier.

Les militants écologistes ont escaladé la clôture de la centrale et sectionné des fils, indique l'IFSN jeudi. Certains sont ensuite montés sur le bâtiment du réacteur et ont percé des trous dans l'enceinte de confinement secondaire.

Axpo, l'exploitant de la centrale, avait déjà dénoncé les militants auprès du Ministère public argovien pour violation de domicile et dommages à la propriété. Des ordonnances pénales ont été prononcées contre 66 activistes. Elles ne sont pas encore en vigueur.

Trous des extincteurs aussi visés

Les trous percés dans l'enceinte de confinement primaire de la centrale de Leibstadt (AG) pour fixer deux extincteurs font également l'objet de la plainte. Ils avaient été percés en 2008 mais découverts seulement en juin dernier.

Dans les deux cas, il s'agit d'événements de faible importance en matière de sécurité, précise l'IFSN. Toutefois, l'endommagement de dispositifs déterminants pour la sécurité nucléaire est considérée comme une infraction par la loi sur l'énergie nucléaire. C'est pourquoi "nous sommes contraints de déposer une plainte", explique l'IFSN.