L'association Equiterre cesse ses activités

Le manque d'argent aura eu raison d'Equiterre, qui oeuvre pour le développement durable. L'association cessera ses activités à la fin du mois d'avril prochain.
19 mars 2018, 17:08
Parmi les projets concrétisés par Uniterre, ce jardin thérapeutique dans le home Eynard-Fatio à Chêne-Bougeries (GE), réalisé en collaboration avec l'EMS.

En proie à une situation d'insolvabilité, l'association oeuvrant pour le développement durable Equiterre a décidé de sa dissolution. Elle cessera ses activités fin avril, annonce-t-elle lundi.

Equiterre souffre depuis plusieurs années d'une érosion du nombre de ses cotisants et d'une diminution des mandats que lui confient des partenaires publics et privés. Cette baisse a conduit à un recul des rentrées financières et à une insuffisance de liquidités récurrente, fait savoir l'association.

"L'internalisation des actions de développement durable par les entreprises, les communes et les cantons, la diminution des budgets publics consacrés à ces enjeux ainsi que la multiplication des acteurs associatifs ou privés s'engageant en faveur de la durabilité expliquent en partie les difficultés d'Equiterre".

L'association a recherché en vain des solutions afin de poursuivre son activité, notamment en se rapprochant d'autres entités agissant pour le développement durable. La quasi-totalité des salariés d'Equiterre sera reprise par l'association genevoise "Actions-Durables". Equiterre parle de trois personnes.

L'histoire d'Equiterre remonte à 1964 et la création de l'Institut de la vie, du côté romand. Il faut attendre 1971 pour voir la naissance de la Société suisse pour la protection du milieu vital, côté alémanique. En 1987, les deux associations créent la Société pour la protection de l'environnement, qui devient Equiterre en 2002.