Jugé pour avoir égorgé un vieillard de 77 ans à qui il devait de l'argent

Un homme de 43 ans est jugé à Genève pour un crime particulièrement odieux. En 2012, il avait donné 13 coups de couteaux à un vieil homme de 77 ans à qui il devait 7000 francs. C'est sa femme qui l'avait dénoncé à la police.

27 janv. 2014, 13:18
Le procès s'est ouvert lundi matin au Tribunal criminel de Genève. L'accusé assure n'avoir pas prémédité son crime.

Le procès d'un homme de 43 ans s'est ouvert lundi matin devant le Tribunal criminel de Genève. Le prévenu est accusé de meurtre aggravé d'assassinat pour avoir égorgé un homme de 77 ans à qui il devait 7000 francs. Il a ensuite volé de l'argent dans son appartement.

Les faits remontent au samedi 7 avril 2012. En fin de matinée, le quadragénaire se rend chez son créancier, à Carouge, un couteau à viande caché dans sa veste. Devant le tribunal, il a affirmé l'avoir pris dans le but de faire peur à sa victime afin de le convaincre de lui accorder un délai supplémentaire pour le remboursement de sa dette. Une demande déjà formulée deux jours plus tôt, en vain.

A la question de savoir pourquoi il a tué cet homme âgé et qui se déplaçait avec une canne, le prévenu a répondu qu'il n'avait pas d'explication. "Je ne me rappelle pas du moment des faits. Je pense que j'ai paniqué lorsqu'il a menacé de tout dire à ma famille", a-t-il dit à la présidente du tribunal. Et à Gérald Benoît, l'avocat de la famille: "Je n'avais aucune intention de lui faire du mal."

"Dans le dossier, vous savez pourquoi vous l'avez tué", lui a rétorqué Me Benoît. La présidente et le procureur ont, eux aussi, relevé des incohérences par rapport à ses déclarations lors de l'instruction. Lundi, l'accusé ne se souvenait pas bien du déroulement des événements, notamment des deux coups qu'il a portés à la gorge de la victime, lui infligeant une plaie de 14 cm de long.

Dettes et jeu d'argent

Il ressort de l'acte d'accusation que le septuagénaire a reçu treize coups de couteau, dont l'égorgement qui lui a été fatal. Portant des gants, son meurtrier a ensuite fouillé son appartement et volé pour plusieurs milliers de francs d'argent. Puis il a fait des courses, a mangé et réglé pour 13'000 francs de factures en retard à La Poste, se débarrassant au passage de l'arme du crime.

Le prévenu a ensuite passé la nuit au casino, où il a assouvi pendant une dizaine d'heures sa passion du jeu. Au Kosovo pour l'enterrement de sa belle-mère, il a tout avoué à son épouse, qui l'a dénoncé à la police. Il a été arrêté à son retour à Genève près de deux semaines après les faits.

Le prévenu avait déjà été condamné à douze mois de prison en 2003 pour brigandage et abus de confiance. Il avait alors suivi une thérapie pour soigner sa dépendance au jeu.