Jeux Olympiques de Rio: une cérémonie de clôture haute en couleurs

L'édition 2016 des Jeux Olympiques de Rio s'est terminée dans la nuit de dimanche à lundi. L'occasion d'une cérémonie de clôture haute en couleurs. Tokyo organisera les prochains Jeux d'été, en 2020.

22 août 2016, 07:32
/ Màj. le 22 août 2016 à 08:17
Une cérémonie de clôture haute en couleurs.

Après 16 jours de compétition et 306 titres attribués, les "merveilleux" JO 2016 ont été clôturés sous la pluie et dans le vent dimanche soir au Maracana. Rio a transmis le drapeau olympique à Tokyo, hôte des prochains Jeux d'été en 2020.

 

 

Et l'adjectif fut... "merveilleux". Au petit jeu des comparatifs entre villes-hôtes, Rio a hérité "des Jeux merveilleux dans la ville merveilleuse". Sydney, en 2000, avait accueilli "les meilleurs jeux de l'histoire", et Londres en 2012 avait suscité une quinzaine "joyeuse et glorieuse".

Dans la dialectique diplomatico-olympique, chaque mot compte. Et le CIO ne semble pas fâché de quitter Rio, au terme de 16 jours de compétition pas franchement emballants et parsemés de quelques affaires (12 cas de dopage, corruption). "Ces Jeux laissent un héritage unique aux générations futures. L'histoire retiendra qu'il y avait un Rio avant et un Rio bien meilleur après les Jeux", a souligné le président du CIO Thomas Bach.

 

 

Entre deux allocutions, les regards se sont posés sur la tribune d'honneur, où siégeaient huit chefs d'État. Mais il y avait deux absents de marque: d'abord le président du Brésil par intérim, Michel Temer. Hué lors de la cérémonie d'ouverture, il "passe le week-end à Brasilia", selon son service de presse. Mais aussi Patrick Hickey, membre éminent du CIO. Incarcéré depuis 72 heures dans une prison de haute sécurité de Rio, ce cacique de 71 ans est mis en cause dans un réseau de revente illégale de billets qui a généré au moins 2,8 millions d'euros de recette, selon la police.

Les Jeux olympiques de Rio ont pris fin dans une ambiance de carnaval à peine douchée par la météo capricieuse, à l'issue d'une cérémonie de clôture dédiée à "l'art brésilien sous toutes ses formes", et plus particulièrement la musique. Les rythmes brésiliens avaient déjà été au coeur de la cérémonie d'ouverture. Ils l'étaient à nouveau dimanche, lors d'une cérémonie conçue comme "un miroir dans lequel les Brésiliens peuvent se reconnaître".

 

 

Sous la pluie battante et les rafales de vent, le stade Maracana était loin d'être rempli à 20h locales, pour le spectacle lancé virtuellement par le pionnier franco-brésilien de l'aviation Alberto Santos-Dumont. C'est Barbatuques, un groupe de percussions corporelles, qui a ouvert ce nouveau festival musical, des danseurs déguisés en haras esquissant à leurs pieds des images des lieux emblématiques de Rio, du Christ Rédempteur aux arcs de Lapa.