Réservé aux abonnés

Jeunes UDC entre provoc' et délation

Une campagne invitant à dénoncer les enseignants de gauche provoque des réactions politiques. Deux universitaires la décryptent. "Il n'y pas de logique de faire sens, mais d'ameuter."

16 sept. 2014, 00:01
data_art_2596032.jpg

Les Jeunes UDC alémaniques ont un nouveau mouton noir, l'enseignant. Surtout s'il est soupçonné de voter et de penser à gauche. Ces politiciens en herbe ont mis en place une plate-forme internet pour que les élèves - des écoles secondaires et supérieures - puissent dénoncer des cas d'enseignement jugé partial et pas neutre. Même s'ils s'en défendent, ça ressemble fort à un appel à la délation.

"Dans la délation, il y a un intérêt immédiat" , dit Sandrine Kott, professeur d'histoire contemporaine à l'Université de Genève. "Là derrière, à mon avis, il y a une forme de conflit de génération. La...