Il y a désormais près de 45% de femmes dans l'administration fédérale

L'objectif est atteint. Il y a désormais près de 45% de femmes dans l'administration fédérale. Si elles sont plus de 53%, à l'intérieur, on n'en retrouve que 30% à la défense...

13 mars 2015, 16:39
Alain Berset a montré l'exemple en nommant Isabelle Chassot à la tête de l'Office fédéral de la culture.

Avec 44,2% de femmes qui travaillent au sein de l'administration fédérale, la Confédération atteint pour la première fois le quota visé. Leur nombre varie cependant fortement selon les départements.

La palme revient au ministre de l'intérieur Alain Berset qui compte une majorité de femmes (53,2%). Avec près de 70% d'hommes à la défense, Ueli Maurer décroche lui le bonnet d'âne.

Seules 35,5% de femmes travaillent pour celui de Doris Leuthard, en charge de l'environnement et des transports, et elles sont 40% au sein du Département fédéral des finances d'Eveline Widmer-Schlumpf. Aux affaires étrangères, on atteint en revanche la quasi parité. Le dicastère de Didier Burkhalter enregistre 49,5% de femmes.

Horaires plus flexibles réclamés

Même si les valeurs cibles ont été atteintes en 2014 (entre 44 et 48%), des mesures sont nécessaires pour mieux concilier vie privée et vie professionnelle, indique le rapport sur la gestion du personnel approuvé vendredi par le Conseil fédéral.

Selon une enquête, dont le gouvernement a pris connaissance également aujourd'hui, seuls 60% des sondés affirment réussir entièrement ou en grande partie à trouver un bon équilibre entre travail et vie privée. Un tiers des personnes souhaite des horaires de travail plus flexibles.

Personnel inquiet

La baisse de la satisfaction concernant la conciliation entre travail et vie privée préoccupe la Communauté de négociation du personnel de la Confédération (CNPC), dont font partie quatre associations. Veiller à cet aspect est une tâche prioritaire de l’administration fédérale, affirme la communauté dans un communiqué.

Les mesures d’économies annoncées par le Conseil fédéral sont contre-productives à cet égard, car un gel des postes de travail ne fera qu’aggraver la situation du personnel de la Confédération, relève la CNPC. Elle craint que la pression au travail et les cadences continuent à augmenter.