Réservé aux abonnés

Goûter la résurrection à Pâques

La chocomania pascale a-t-elle encore quelque chose à voir avec la Pâques chrétienne? Entretien avec le professeur Olivier Bauer.
13 avr. 2017, 23:39
/ Màj. le 14 avr. 2017 à 00:01
A child bites into the ear of a chocolate bunny after the hunt for Easter eggs in a field in Bournens, canton of Vaud, Switzerland. Pictured on April 19, 2011. (KEYSTONE/Dominic Favre)

Un enfant croque l'oreille d'un lapin en chocolat apres avoir cherche des oeufs de Paques dans un champs ce mardi 19 avril 2011 a Bournens, Vaud. (KEYSTONE/Dominic Favre) SCHWEIZ OSTERN

Comme celle de Noël, la fête de Pâques est l’occasion de grands repas et festivités dont le lien peut sembler bien éloigné de l’événement liturgique du même nom, acte fondateur du christianisme. Olivier Bauer, professeur de théologie pratique à l’Université de Lausanne, défend, au contraire, l’importance du goût dans le message pascal. Entretien.

A Pâques, la tradition religieuse ne disparaît-elle pas derrière la dimension alimentaire?

Je ne dirais pas cela. Car s’il y a un récit biblique clairement relié au goût, c’est bien la Passion, contrairement à l’évangile de Noël où ce sens ne joue guère...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois