Genève: 9e édition de Lift, la conférence des nouvelles technologies

Avec plus de 40 orateurs et 20 ateliers interactifs, Lift compte bien jouer son rôle d'incubateur dans le domaine de l'innovation numérique.

05 févr. 2014, 15:47
La conférence annuelle des nouvelles technologies Lift s'est ouverte mercredi à Genève.

La conférence annuelle des nouvelles technologies Lift s'est ouverte mercredi à Genève. Jusqu'à vendredi, plus de mille participants de 30 pays, dont de nombreux entrepreneurs, évoquent toute une série de sujets liés à l'innovation numérique.

Pour sa 9e édition, Lift propose d'écouter plus de 40 orateurs influents et accueille 20 ateliers interactifs. Depuis 2006, ce Forum se veut un lieu de débat autour des nouvelles technologies de l'information et de la communication.

Une audience diversifiée

Selon Sylvie Reinhard, la directrice de Lift, la grande diversité de participants a pour but de favoriser les échanges, le réseautage et les interactions. Lift est conçu pour jouer le rôle d’incubateur et de facilitateur dans le domaine de l’innovation numérique.

"Lift est particulier par son audience très mixte. C'est une singularité que l'on ne retrouve pas dans les autres grands rendez-vous dédiés à l'innovation, axés sur des thématiques ciblées", a assuré la présidente du conseil d'administration Abir Oreibi dans un entretien publié mercredi par "Le Temps".

"A Genève, on rencontre à la fois des designers, des étudiants, des entrepreneurs, des hackers ou l'Etat. Tous se mélangent dans le cadre de la conférence et partagent leurs savoirs", a-t-elle indiqué.

Suisse: beaucoup d'initiatives, peu de visibilité

Sylvie Reinhard souligne que depuis la naissance de Lift, on observe en Suisse la multiplication de projets et de start-up capables de concurrencer le marché international. Toutefois, les projets helvétiques manquent de visibilité et d'impact.

"C'est peut-être dû au fédéralisme. Tous les cantons comptent énormément d'initiatives, mais les mènent dans leur coin. Chacun a son incubateur d'idées, son technoparc", a affirmé la directrice de Lift, en soulignant qu'il est important de réunir les forces.

"C'est parfois frustrant de constater le fort potentiel d'innovation qui existe chez nous et de ne pas voir émerger un gros succès suisse à la Google ou Facebook", a-t-elle estimé.

Les secteurs porteurs en Suisse sont, selon elle, le design numérique, l'"interactive storytelling", les jeux, l'hébergement de données dans le "cloud" (nuage) et surtout les sciences de la vie.