Réservé aux abonnés

Geler l’argent du clan?

Un avocat fribourgeois demande le blocage des avoirs en Suisse du clan Bouteflika. Berne se tâte…

13 avr. 2019, 00:01
epa04169940 Algerian President Abdelaziz Bouteflika, who is seeking a fourth term, leaves after voting at a polling station in Algiers, Algeria, 17 April 2014. Bouteflika arrived in a wheelchair at a school in the capital where he cast his ballot. The 77-year-old incumbent, who has uttered only a few sentences in public since suffering a stroke last year, was accompanied to the polling station by his brother Said, who acts as his special adviser.  EPA/MOHAMED MESSARA ALGERIA PRESIDENTIAL ELECTIONS 2014

C’est l’heure des comptes en Algérie, depuis la démission forcée d’Abdelaziz Bouteflika début avril. La justice a ouvert une enquête sur les avoirs du clan. La traque passe par la Suisse, un pays où le président déchu et ses proches ont tissé des liens et laissé plus que des souvenirs.

«Il y a une envie de justice qui monte en Algérie et chez les Algériens de Suisse et d’ailleurs», observe Lachemi Belhocine. «Ils veulent la restitution de l’argent du peuple, qui a été volé par cette mafia politico-financière qu’est le clan Bouteflika.» Cet avocat suisso-algérien a appelé le Conseil fédéral à ou...