Gare de Zurich: le syndicat Unia trouve un accord et débloque le chantier

Le syndicat Unia bloquait le chantier à la gare de Zurich en raison d'une sous-enchère salariale. Un accord a été trouvé dans la nuit de mercredi à jeudi. Les travaux ont repris "immédiatement".
24 oct. 2013, 07:11
Les ouvriers polonais travaillant 60 heures par semaine pour 3000 francs par mois sur ce chantier ont été remplacés.

Le syndicat UNIA a trouvé dans la nuit de mercredi à jeudi un accord avec l'entreprise de Winterthour (ZH) chargée des travaux de construction à la gare de Zurich sur des arriérés de salaire de 700 000 francs. Les travaux ont repris "immédiatement".

Les ouvriers concernés vont recevoir cette semaine encore 5000 francs par personne, ont annoncé dans un communiqué commun UNIA, l'entreprise Brandschutz AG et les CFF. Le reste devra être payé d'ici le 6 novembre.

Le syndicat avait interrompu mardi matin une partie du chantier de la ligne diamétrale à la gare principale de Zurich parce que 20 à 30 ouvriers polonais chargés de l'isolation et la protection des incendies n'étaient pas suffisamment rémunérés.

Selon UNIA, certains recevaient un salaire de moins de 10 francs de l'heure alors qu'ils auraient dû être payés plus de 30 francs.

Le syndicat n'a pas lancé cette action uniquement en raison de ces travailleurs. Il évoque "un exemple type de la manière dont les conditions de travail en Suisse sont systématiquement contournées avec les chaînes de sous-traitants, a déclaré Roman Burger d'UNIA, cité dans le communiqué.