Fusillade à Zurich: la piste terroriste est exclue

Les événement survenus à Zurich lundi soir n'ont aucun lien avec le terrorisme ou l'islamisme radical. Une fusillade avait éclaté dans un centre islamique et un corps sans vie a été retrouvé non loin de là.

20 déc. 2016, 15:13
Une fusillade a fait trois blessés dans un centre islamique.

La fusillade de lundi soir au centre-ville de Zurich et l'homicide survenu la veille dans le nord de la ville n'ont pas d'origine terroriste ou de lien avec l'islamisme radical, indique la police mardi. Les motifs du meurtrier ne sont pas encore connus.

La perquisition du domicile du tireur, dans le district d'Uster, a révélé que le jeune homme de 24 ans était fortement intéressé par l'occultisme, a déclaré mardi la cheffe de la police criminelle du canton de Zurich Christiane Lentjes Meili aux médias réunis à Zurich. Des objets liés aux phénomènes occultes ont été découverts dans son appartement.

 

Pas de relation avec la mosquée

Le tireur n'avait en revanche aucun lien avec une quelconque organisation terroriste ou l'islamisme radical, selon l'état actuel de l'enquête. Il n'entretenait en outre aucun lien avec la mosquée qu'il a attaquée lundi soir.

L'auteur suisse des deux crimes connaissait l'homme qu'il a tué dimanche matin. Ils avaient entretenu une longue amitié, qui avait pris fin il y a quelque temps. Le meurtrier avait des racines ghanéennes alors que sa victime - un Suisse de 25 ans - avait des liens familiaux avec l'Amérique du sud.

Chasse à l'homme

Suite au meurtre de dimanche matin, l'identité du meurtrier a pu être établie lundi matin grâce aux traces d'ADN. Ces dernières avaient été relevées il y a 7 ans lors du vol d'un vélo, commis par le jeune homme, alors encore adolescent.

Une importante opération de recherche a été engagée durant la journée de lundi avec d'importants moyens. Elle n'a pas permis d'arrêter à temps le jeune homme. La fusillade est survenue vers 17h00, faisant trois blessés dont deux graves. Deux heures plus tard, un passant découvrait le corps sans vie du tireur sur les bords de la rivière Sihl, à quelques centaines de mètres de la mosquée.