Fédérales 2019: les Vert'libéraux visent trois sièges supplémentaires

Ambitieux, les Vert'libéraux veulent obtenir trois sièges supplémentaires au Parlement lors des prochaines élections nationales de cet automne. Ils rejettent par ailleurs l'initiative sur le mitage.
19 janv. 2019, 15:38
Jürg Grossen et les Vert'libéraux sont ambitieux à 9 mois des élections des fédérales 2019 (archives).

Les Vert'libéraux (PVL) souhaitent gagner trois sièges supplémentaires au Conseil national lors des prochaines élections fédérales. Ils ont par ailleurs recommandé de rejeter l'initiative des Jeunes Verts contre le mitage du territoire.

Réunis en assemblée samedi à Liestal, les délégués ont décidé de rejeter l’initiative soumise au vote le 10 février par 95 voix contre 23 voix et 6 abstentions. Ils se sont dit favorables à des alternatives plus pertinentes, telles que la Loi sur l'aménagement du territoire, pour assurer une gestion plus durable du territoire, selon un communiqué diffusé samedi.

Avant de débattre sur le texte des Jeunes Verts, le président de parti Jürg Grossen a déploré "le protectionnisme, le refus d'innover, la défense des privilèges et les idées obsolètes qui triomphent actuellement au Palais fédéral", selon des extraits de son discours.

Prévisions à la hausse

PVL estime que la prospérité de la Suisse repose "depuis toujours" sur sa capacité d'innovation et sa compétitivité. Le parti pointe cependant du doigt un combat engagé contre les nouvelles technologies et la concurrence. "Ce n’est pas seulement la politique qui veut préserver des privilèges par la fermeture du marché, mais aussi des entreprises, dans lesquelles l’État a souvent une participation", a souligné M. Grossen.

Sur la question européenne, la conseillère nationale vaudoise Isabelle Chevalley a ajouté que son parti souhaitait que la Suisse assure une collaboration à long terme avec l'Europe pour faciliter l'innovation et la libre-concurrence.

Selon le dernier baromètre électoral de la SSR publié en octobre 2018, les Vert'libéraux obtiendraient 5,7% des suffrages, soit une hausse de 1,1% par rapport aux élections fédérales 2015.