Faux billets de banque: les criminels n'ont rien à gagner en Suisse

La falsification des billets de banque en Suisse n'en vaut pas la chandelle pour les bandes criminelles. La petitesse du marché monétaire helvétique ainsi que les standards de sécurité en sont les principales raisons.

01 oct. 2013, 16:13
Les bandes criminelles n'ont rien à gagner de la falsification des billets de banque suisses, estime l'Office fédéral de la police (fedpol). Les standards de sécurité ainsi que l'étroitesse de l'espace monétaire helvétique en sont les principales raisons.

Les bandes criminelles n'ont rien à gagner de la falsification des billets de banque suisses, estime l'Office fédéral de la police (fedpol). Les standards de sécurité ainsi que l'étroitesse de l'espace monétaire helvétique en sont les principales raisons.

Les autorités saisissent principalement des faux billets fabriqués avec des moyens simples, comme des imprimantes couleur, écrit fedpol dans son dernier rapport annuel. Souvent, les saisies ne concernent pas vraiment des criminels, mais des personnes qui ont voulu faire une farce ou qui ont agi de manière irréfléchie.

En 2012, 4300 faux billets de banques ont été saisis, selon la statistique de la Banque nationale suisse (BNS). Il s'agissait de quelque 600 de plus que l'année précédente. En moyenne, cela représente 12 faux billets sur un million de billets de banque, soit un taux relativement bas.

Selon fedpol, l'année passée, le montant de la fausse monnaie découverte était de 550'000 francs, contre 440'000 un an plus tôt. Cette hausse s'explique par la multiplication des faux billets de 200 et 1000 francs.