Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Eviter le pillage des rentes

Quel que soit le résultat du 7 mars, la gauche relancera la question de la répartition des excédents des assurances actives dans le 2e pilier. Celles-ci soupçonnent des intentions beaucoup plus radicales.

29 janv. 2010, 05:02

Le scrutin du 7 mars porte sur l'abaissement du taux de conversion dans le 2e pilier, qui doit se traduire par une réduction des futures rentes. Les opposants, auteurs du référendum, contestent les raisons invoquées: ni l'augmentation de l'espérance de vie à l'âge de la retraite, ni la baisse de rendement du capital n'atteignent des niveaux qui justifient un tel projet.

«Pillage des rentes»

Hier, Christian Levrat, président du PS, Ueli Leuenberger, président des Verts, et Marie-Thérèse Weber-Gobet, conseillère nationale chrétienne-sociale, ont répété que, sur la base de chiffres faussés, les partis bourgeois permettaient un véritable «pillage des rentes». Ceci au détriment de la classe moyenne, de ceux qui n'ont déjà qu'un petit 2e pilier - et pas de 3e pilier.

Pour Christian Levrat, «le moteur de cette baisse des rentes, ce sont les assurances». C'est-à-dire les grandes assurances actives dans le 2e pilier. Celles qui, à côté des caisses...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias