Evasion de Bochuz (VD): 4 ans de prison

Les deux hommes impliqués dans la spectaculaire évasion de la prison de Bochuz (VD) en juillet 2013 ont été condamnés mercredi à quatre ans d'emprisonnement.

03 déc. 2014, 16:51
La mort de Skander Vogt à la prison de Bochuz en 2010 est à l'origine de l'affaire.

Le Tribunal correctionnel d'Yverdon-les-Bains (VD) a condamné mercredi deux hommes à quatre ans d'emprisonnement. En juillet 2013, ils avaient permis la spectaculaire évasion de deux détenus de la prison de Bochuz, près d'Orbe.

Tous deux ont été reconnus coupables, au terme d'un procès mené sous haute surveillance policière, des infractions de "faire évader des détenus" et d'"incendie intentionnel". L'un d'entre eux a également été condamné pour plusieurs vols.

Culpabilité "lourde"

Selon les juges, la culpabilité des deux condamnés est "lourde". Les sanctions prononcées sont légèrement inférieures aux peines de cinq et six ans qu'avait requis le Ministère public. Un troisième comparse a été déféré séparément en France.

Après avoir utilisé un fourgon pour fracturer le portail de la prison, les trois hommes s'étaient servis d'une échelle pour permettre à deux détenus - dont un membre des Pink Panthers - de s'évader. L'un d'entre eux avait tiré en rafale à la kalachnikov pour couvrir la fuite du duo.

Évasion

A l'audience, l'aîné des deux condamnés, âgé de 42 ans, a expliqué qu'il a connu les deux évadés en prison. Il a, selon ses dires, agi "par amitié, pour respecter la promesse" qu'il leur avait faite de les aider s'il devait sortir avant eux.

Cet ancien chauffeur, qui a déjà cumulé une douzaine d'années de prison dans plusieurs pays pour un braquage et plusieurs cambriolages, a expliqué qu'il "regrette d'être en prison", mais "ne peut regretter d'avoir aidé des amis".

Quelques semaines avant l'évasion, il avait contacté le deuxième condamné, âgé de 40 ans, pour lui demander son assistance. Devant les juges, il a fermement refusé de s'exprimer sur les rôles joués par ses comparses.

Évadés repris

L'un des évadés, un Valaisan de 53 ans, purgeait une peine de 7 ans d'emprisonnement pour séquestration, enlèvement et brigandage qualifié. Son comparse, un Bosnien de 35 ans, avait été condamné à 6 ans et 8 mois d'emprisonnement pour brigandage en bande et brigandage qualifié. Tous deux, ainsi que les deux condamnés, ont été rapidement arrêtés.