Estavayer-le-Lac (FR): Fête fédérale de lutte rime avec embouteillages

Ce week-end est marqué par le retour de la Fête fédérale de lutte sur sol romand. Malgré la mise en place de transports publics, une grande majorité du public a décidé de s'y rendre en voiture, ce qui promet d'importants embouteillages dans la région fribourgeoise.

26 août 2016, 13:18
La majorité du public affluera de Suisse Alémanique.

La Fête fédérale de lutte suisse et de jeux alpins débute vendredi à Estavayer-le-Lac (FR) pour trois jours de liesse et... de trafic. Malgré les trains spéciaux et bus, la plupart des 250'000 curieux s'y rendent en voiture. Les bouchons sont prévus dès 15 heures.

Lors du premier jour de la manifestation, les colonnes de voitures devraient s'allonger sur l'A1 entre 15 et 20 heures, indiquait récemment l'Office fédéral des routes (OFROU) dans un communiqué. A 17 heures a lieu la cérémonie d'ouverture dans l'Arène de la Broye.

Il faudra alors s'armer de patience entre les échangeurs de Weyermannshaus, à la hauteur de Berne, et d'Yverdon (VD), soit un tronçon de près de 70 kilomètres. Les jonctions d'Avenches (VD), Payerne (VD) et d'Estavayer-le-Lac sont concernées, écrit vendredi la centrale d'informations sur le trafic Viasuisse. Elle conseille aux voyageurs en direction de Lausanne et Genève d'emprunter l'autoroute A12 via Fribourg.

80% d'Alémaniques

La majorité du public affluera en effet dans ce sens. Interrogé récemment par 24 heures, le responsable de la commission des transports de la Fête fédérale Vincent Ducrot indiquait que 80% des curieux viennent de Suisse alémanique. Au moins 8000 voitures passeront par le contournement de Berne. Il s'agit du double de la capacité horaire de l'A1, précisait-il.

Le trafic sera également perturbé sur l'A5 entre Soleure et Neuchâtel, entre l'échangeur des Champs-de-Boujean et la jonction de Thielle, selon l'OFROU et Viasuisse. Ceux qui ne veulent pas rater l'hymne suisse et les premiers combats samedi rouleront en accordéon entre 4h00 et 10h00. Même scénario attendu dimanche ainsi qu'à partir de 16 heures jusqu'à tard dans la nuit, une fois les festivités terminées.

Gros défi

Pour les organisateurs de l'événement, la mobilité constitue un gros défi. Ils ont mis sur pied un concept de transports en commun afin de limiter les risques d'engorgement. Il est ainsi possible de voyager à bord de trains spéciaux, pour lesquels la réservation est obligatoire.

Par ailleurs, des navettes circulent en permanence pour rallier la place de fête depuis les gares de Payerne et de Corcelles-Nord (VD). Le public peut aussi opter pour l'un des 300 cars qui affluent depuis plus de 80 sites à travers le pays (réservation obligatoire aussi).

Les CFF ont jusqu'à présent enregistré un peu plus de 2000 réservations dans les trains spéciaux, dit à l'ats son porte-parole Jean-Philippe Schmidt. Les chiffres changent rapidement, certaines personnes réservant au dernier moment, souligne-t-il en ajoutant qu'il reste des places à bord de ces dix trains spéciaux partant samedi à l'aube.

Si tout le monde vient en voiture, des bouchons seront inévitables, avec des conséquences fâcheuses sur le programme de la fête, avaient prévenu les organisateurs. Lors de la dernière Fête fédérale à Berthoud (BE), l'entrée comprenait le prix du transport public, une mesure incitative, selon M. Ducrot. Les gares proches du site permettaient d'accueillir un important flux de personnes, contrairement à celles dans la région de la Broye.