Espionnage de la CIA: les partis suisses veulent des explications

Alors que le Conseiller fédéral a ouvert une enquête après les révélations sur la CIA, qui se serait servie de la Suisse comme base arrière pour ses activités, les partis politiques suisses demandent à leur tour des explications.

11 févr. 2020, 18:58
La CIA a recouru aux services d'une société basée à Zoug pour mener ses activités de renseignement. Les partis politiques suisses veulent des explications.

Il faut faire la lumière sur l’affaire d’espionnage qui a permis aux services de renseignement allemand et américain d’intercepter des milliers de documents via l’entreprise zougoise Crypto. Les partis et Amnesty International veulent des réponses.

A lire aussi : Espionnage: la CIA s’est servie de la Suisse comme base arrière pour ses activités

Le PDC estime qu’il est juste et important que le Conseil fédéral se saisisse de cette question et la réexamine, a indiqué mardi sa porte-parole. Du côté du PS, on s’interroge sur Twitter: le service de renseignements est-il victime ou complice? Les socialistes exigent des clarifications et une enquête complète.

 

 

Ils se disent prêts à rejoindre une éventuelle commission d’enquête parlementaire s’il est réellement prouvé que la Confédération a failli. Le groupe parlementaire des Verts va aussi discuter de la possible création d’une commission d’enquête parlementaire, a indiqué le conseiller national et président du groupe des Verts Balthasar Glättli (Verts/ZH) dans l’émission Forum sur la RTS mardi soir.

 

 

L’organisation de défense des droits de l’homme Amnesty International voit des implications dans les violations des droits de l’homme. Beat Gerber, de la section suisse, a déclaré à Keystone-ATS, que la question est de savoir si des informations sur de graves violations, provenant par exemple des dictatures militaires en Amérique latine, ont atteint le service de renseignement suisse et le Conseil fédéral.

Si l’information leur était parvenue, la question se poserait de savoir ce qu’en ont fait les autorités concernées. Une clarification complète est nécessaire, estime Amnesty.