Réservé aux abonnés

Encore sur les chantiers après 60 ans?

La branche de la construction a innové avec une retraite flexible dès 60 ans. Le système est en panne de financement. Les partenaires sociaux se livrent à un bras de fer sur fond de CCT.

30 sept. 2015, 00:34
ARCHIV --- Bauarbeiter betonieren eine Bruecke am Mittwoch, 20. Februar 2008, in Zuerich. - In Schweizer Grossunternehmen hat der Abstand zwischen den Salaeren der Top-Manager und den Angestellten aus Sicht der Gewerkschaft Unia weiter zugenommen, wie die UNIA am Dienstag, 3. Juni 2008 mitteilte. Die ÑLohnschereì oeffnete sich 2007 bei Baukonzernen massiv, weiterhin grosse Unterscheide bei den Loehnen finden sich nach wie vor im Finanzbereich.

(KEYSTONE/Alessandro Della Bella) SCHWEIZ UNIA LOHNSCHERE

Le ton monte dans la construction. Les syndicats Unia et Syna agitent le drapeau rouge devant la Société suisse des entrepreneurs (SSE): on n’est pas loin d’un appel à la grève. L’enjeu de cette confrontation est la préretraite à 60 ans dont bénéficient les travailleurs du bâtiment. «Les maçons ne se laisseront pas dépouiller sans réagir d’un système de retraite flexible qui a été mis en place de haute lutte», avertit Nico Lutz, responsable du secteur construction chez Unia. «La retraite à 60 ans n’est pas négociable».

Emise hier, cette mise en garde s’adresse aux délégués de la SSE qui se réun...