Réservé aux abonnés

En déroute, l'armée irakienne abandonne Ramadi

Les djihadistes ont saisi de nombreuses armes. Civils jetés sur les routes.

19 mai 2015, 00:01
data_art_3142611.jpg

Député de Ramadi, le docteur Jaber al-Jaberi n'est pas encore revenu de la déconfiture infligée par les membres du groupe Etat islamique (EI) aux forces irakiennes dans sa ville. "Samedi soir, des chefs de la sécurité, qui assistaient avec moi à une réunion dans le bureau du président du Parlement à Bagdad, nous juraient que la situation à Ramadi était bonne grâce aux renforts qui avaient été envoyés de Bagdad. Mais dimanche, à trois heures du matin, la police et les forces spéciales ont commencé de quitter leur quartier général et, quelques heures après, c'est l'armée qui s'est retirée dans ...