Emploi: des entreprises refusent de recruter des fumeurs

Arrêtez de fumer, si vous cherchez un emploi! De plus en plus d’entreprises publient des offres d’emploi où la mention «non-fumeur» est explicitement mentionnée. Les syndicats jugent cette pratique discriminatoire.

22 août 2019, 07:30
Fumer n'est pas toléré dans certaines entreprises.

Fumer comporte toute une série d’effets néfastes pour la santé, mais pas uniquement. Dans certains cas, être fumeur constitue un handicap dans la recherche d’un travail. Une entreprise basée à Zurich et Lausanne a publié récemment une offre d’emploi, dans laquelle le profil requis comporte la mention «non-fumeur».

Equipant les entreprises de distributeurs de nourriture fraîche et saine, la société se revendique sans fumée et en tant que telle interdit les pauses cigarettes et l’odeur de tabac sur les vêtements de ses collaborateurs. La co-fondatrice explique à la radio suisse-alémanique FM1 today que la fumée est incompatible avec les valeurs de l’entreprise.

Mais, cette société n’est pas la seule à recruter explicitement des non-fumeurs. Pas moins d’une vingtaine d’offres d’emploi toutes en Suisse alémanique dans ce style ont été publiées récemment dans des secteurs aussi variés que le médical, les cosmétiques ou encore l’immobilier, ainsi que le rapporte 20 Minuten.

Pratiques discriminatoires

Le syndicat Unia dénonce ce genre de pratiques, qu’il estime discriminatoires. Selon Philipp Zimmermann, porte-parole d’Unia interrogé par la radio alémanique, fumer est du ressort de la sphère privée.

Une entreprise peut définir des règles et interdire aux employés de s’en griller une durant les heures de travail, mais elle ne peut avoir de droit de regard sur ce que font ses collaborateurs pendant les pauses ou hors du bureau. Des exceptions peuvent être tolérées à la limite concernant les milieux du sport ou de la prévention du tabac, ajoute encore le syndicaliste.

Extrême ou non, recruter uniquement des non-fumeurs n’a rien d’illégal, selon Roger Rudolph, professeur de droit du travail à l’Université de Zurich dans les colonnes de 20 Minuten. De telles offres d’emploi ne sont pas discriminatoires du point de vue du droit.

En revanche, résilier le contrat d’un employé parce qu’il fume peut être considéré comme un licenciement abusif, ainsi que le souligne Thomas Geiser, professeur de droit commercial à l’Université de Saint-Gall et expert en droit du travail à FM1 Today. Dans une telle situation, la société s’expose à une condamnation financière.