Ebola: Genève se penche sur la reconstruction des systèmes de santé

Les systèmes de santé des pays les plus affectés par le virus Ebola, la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone, doivent être reconstruits. L'OMS va se réunir la semaine prochaine à Genève à ce sujet.

02 déc. 2014, 13:36
La propagation du virus de l'Ebola a affaibli les systèmes de santé des trois pays les plus touchés, la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone. Une réunion aura lieu la semaine prochaine à Genève pour discuter de mesures destinées à soutenir ces systèmes de santé, a indiqué mardi l'OMS.

La propagation du virus de l'Ebola a affaibli les systèmes de santé des trois pays les plus touchés, la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone. Une réunion aura lieu la semaine prochaine à Genève pour discuter de mesures destinées à soutenir ces systèmes de santé, a indiqué mardi l'OMS.

La réponse apportée dans la lutte contre le virus Ebola doit se concentrer sur "la reconstruction des systèmes de santé" des pays affectés pour les rendre "plus résistants et ainsi éviter toute catastrophe dans le futur", a expliqué Gerard Schmets, coordinateur des systèmes de santé à l'OMS.

La réunion organisée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), en coordination avec la Banque africaine de développement et la Banque mondiale, se tiendra les 10 et 11 décembre à Genève en présence des ministres de la Santé et des Finances des trois pays africains ravagés par l'Ebola.

"Ebola a clairement déstabilisé les services de santé des trois pays", a affirmé Gerard Schmets. Le personnel ne travaille plus dans les autres services et des programmes de vaccination ont été interrompus, a-t-il indiqué.

333 morts sur 575 contaminations

A la mobilisation du personnel pour lutter contre l'épidémie s'ajoute son lourd tribut: au 26 novembre, le bilan des décès pour les membres du personnel de santé dans ces trois pays s'élevait à 333 morts sur 575 contaminations.

Avant l'apparition du virus, la Sierra Leone comptait 0,2 médecin pour 10'000 habitants alors que ce chiffre atteint les 2,6 dans les autres pays africains et 14,1 dans le reste du monde. Ce pays avait déjà un système de santé très faible, a indiqué l'OMS.

La situation sanitaire dans ces pays s'est donc aggravée. L'OMS considère que l'impact d'Ebola dans ces pays dépasse de ce fait largement le nombre direct de près de 6000 victimes décédées du virus.

En Guinée, le nombre d'hospitalisations a chuté de 50% en raison du manque de personnel et de nombreuses femmes enceintes ne peuvent plus être suivies. La malaria reste l'une des principales causes de décès dans ces pays.