Dons d’organes: le peuple devrait se prononcer sur le consentement présumé

Un comité référendaire a déposé jeudi à Berne plus de 64’000 signatures contre la révision de la loi sur la transplantation. Un oui conscient et clair est nécessaire pour toute intervention médicale selon ce comité.
20 janv. 2022, 13:38
Actuellement, une personne doit explicitement consentir au don d'organes avant sa mort. (illustration)

Les Suisses ne doivent pas être présumés donneurs d’organes. Un comité référendaire a déposé jeudi plus de 64’000 signatures, dont deux tiers ont déjà été vérifiées, à la Chancellerie fédérale contre la révision de la loi sur la transplantation.

Actuellement, une personne doit explicitement consentir au don d’organes avant sa mort. Mais le système n’a pas permis de trouver suffisamment de donneurs. Sous l’impulsion d’une initiative populaire, retirée entretemps, le Parlement a adopté en octobre le principe du consentement présumé.

A lire aussi: Santé: les dons d’organes et transplantations au niveau d’avant la crise sanitaire

Toute personne qui ne s’y oppose pas activement serait automatiquement considérée comme donneuse d’organes. En l’absence de document attestant de la volonté du défunt, les proches ou une personne de confiance désignée pourront s’opposer au prélèvement si cela respecte la volonté présumée de la personne décédée.

Changement de paradigme

Un tel changement de paradigme doit être soumis au peuple, juge le comité référendaire, qui ne se revendique d’aucune couleur politique, sur son site Internet. La Constitution garantit à tout être humain le droit à l’intégrité physique et psychique et à l’autodétermination. Ils seraient mis à mal avec la réforme.

Un oui conscient et clair est nécessaire pour toute intervention médicale, poursuit-il. Or «le silence n’équivaut pas à un consentement». Pour le comité, il est irréaliste de penser que toutes les personnes en Suisse pourraient être informées de la nécessité de s’opposer par écrit au don d’organes. Et de craindre une exploitation des personnes socialement précarisées.

Même si toutes les signatures ne sont pas encore attestées, le référendum a de grandes chances d’aboutir. La date de la votation a elle déjà été fixée au 15 mai.

par Keystone - ATS