Didier Burkhalter soutient l'ambassadeur ivre

Stefan Flückiger, l'ambassadeur suisse à Paris auteur d'une course-poursuite et coupable d'ivresse au volant, a toujours le soutien du Conseiller fédéral aux affaires étrangères Didier Burkhalter.

10 juin 2013, 15:35
Le Conseiller fédéral a appelé à éviter les jugements hâtifs.

Dans l'attente de connaître les faits précis, Didier Burkhalter a réitéré lundi son soutien à l'ambassadeur suisse auprès de l'OCDE, Stefan Flückiger, intercepté pour ivresse au volant à Paris. Le ministre des affaires étrangères a appelé les conseillers nationaux qui s'inquiétaient de l'affaire à "éviter les jugements hâtifs".

Une enquête administrative est en cours pour déterminer au plus vite les circonstances exactes de l'incident, a déclaré le conseiller fédéral lors de l'heure des questions au Conseil national. "Il faut d'abord connaître les faits avant de décider de la suite".

En attendant, il est important que la Confédération soutienne ses collaborateurs en difficulté, selon lui. Alors que Guy Parmelin (UDC/VD) s'inquiétait de la capacité de l'ambassadeur en question à gérer le stress, Didier Burkhalter s'est montré cinglant.

"Cette personne résiste au stress et a eu un seul problème en plus de 30 ans de carrière", a-t-il noté. C'est un coup de tonnerre dans un ciel bleu; cela peut arriver à tout le monde, d'après lui. "On ne peut pas condamner systématiquement des gens sur la base d'éléments qui ne sont pas définitifs".

L'immunité de l'ambassadeur de Suisse auprès de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a été levée la semaine dernière. Une procédure pénale est en cours en France après que M. Flückiger a refusé de s'arrêter lors d'un contrôle de vitesse, dans la nuit de dimanche à lundi. Intercepté après une course poursuite, le diplomate a été soumis à un test d'alcoolémie qui aurait révélé un état d'ébriété.