Deux employés CFF virés parce qu'ils passaient jusqu'à 4 h par jour sur des sites pornos au travail

L'un d'eux a passé en moyenne 4 heures par jour à consulter des sites pornographiques sur son lieu de travail. Deux employés CFF avaient été virés en automne 2014 pour violation du devoir de diligence. Une décision qu'ils ont contestée auprès du TAF. Mais ce dernier a confirmé le licenciement.

18 déc. 2015, 11:22
/ Màj. le 18 déc. 2015 à 12:00
Les deux hommes passaient plusieurs heures par jour sur des sites pornos.

Le Tribunal administratif fédéral (TAF) a confirmé le licenciement avec effet immédiat de deux employés CFF accros aux sites pornographiques. Tous deux avaient été renvoyés en octobre et septembre 2014 pour violation du devoir de diligence.

Les services informatiques des CFF avaient mis en évidence une consultation importante de sites classés X depuis le poste de travail des deux hommes. Sur dix-sept jours de travail, l'un d'eux avait passé 80 heures à visionner des images pornographiques, soit une moyenne de quatre heures de consultation journalière.

Son collègue avait lui aussi passé des dizaines d'heures sur de tels sites. En l'espace de 42 jours de travail, les services informatiques avaient décelé une consultation moyenne de deux heures par jour.

Même s'il y a eu certaines irrégularités dans l'enquête, du fait que les CFF auraient dû avertir les services du personnel compétent avant de poursuivre le contrôle jusqu'à la désignation de deux employés, ces couacs ne remettent pas en question les preuves rapportées, juge le TAF.

Vu la gravité des faits constatés, les rapports des services informatiques pouvaient servir de moyens de preuve pour prononcer les licenciements avec effet immédiat. Diffusés vendredi, les arrêts du TAF ne sont pas définitifs. Les deux hommes ont encore la possibilité de déposer un ultime recours au Tribunal fédéral