Des soupçons de conflit d'intérêt pèsent sur la police cantonale bernoise.

Après le SECO, c'est au tour de la police cantonale bernoise d'être au centre d'une enquête qui se base sur des soupçons d'irrégularités dans le cadre d'achat de matériel informatique. Une enquête a été ouverte.

06 févr. 2014, 16:20
Le chef de la division technique a acheté du matériel informatique à la société où travaille son frère. Le conflit d'intérêt semble évident.

Le contrôle des finances du canton de Berne scrute à la loupe l'achat, pour plusieurs millions de francs, de matériel informatique au sein de la police cantonale. Le conseiller d'Etat Hans-Jürg Käser à la tête du Département de la police a ordonné cette enquête.

Le directeur de la police confirme des informations parues dans le quotidien "Der Bund". Il s'est déjà entretenu la semaine dernière avec le chef de la police Stefan Blätter au sujet de l'entreprise choisie pour les achats informatiques, a-t-il expliqué à l'ats.

Le directeur de la police était inquiet, car le responsable de la division technique de la police bernoise a un frère dans l'entreprise en question. Il a convenu avec le commandant de la police Stefan Blättler de demander au contrôle des finances du canton de vérifier la légalité des attributions.

Selon la police cantonale bernoise, le dossier porte sur quelque 50 commandes adressées entre 2005 et 2013 à la société. Le montant s'élève à environ 2,85 millions de francs, a indiqué le responsable de la communication Peter Giger.

Lien de parenté

Il est vrai qu'il existe un lien de parenté entre le responsable de la division technique et un membre de la direction d'une société avec laquelle la polie cantonale entretient des relations commerciales, a relevé Peter Giger. Le porte-parole a cependant précisé que ce responsable ne disposait d'aucune compétence financière et qu'il ne pouvait pas prendre de décision en matière d'attributions des commandes.