Réservé aux abonnés

Des «chaussées roulantes» au Gothard

Un groupe d’ingénieurs qui se déclare «indépendant» propose une alternative ferroviaire au percement d’un second tube. Un projet qui surgit bien tardivement dans le débat.

11 déc. 2015, 00:08
ZUR MELDUNG, DASS DER BUNDESRAT VORARBEITEN FUER EINE ZWEITE GOTTHARD-ROEHRE OEFFENTLICH AUSGESCHRIEBEN HAT, STELLEN WIR IHNEN AM FREITAG, 5. APRIL 2013 FOLGENDES ARCHIVBILD ZUR VERFUEGUNG - Vehicles in the Gotthard Road Tunnel driving toward the tunnel portal in Goeschenen in the canton of Uri, Switzerland, pictured on August 11, 2010. (KEYSTONE/Martin Ruetschi)



Verschieden Fahrzeuge fahren am 11. August 2010 im Gotthard-Strassentunnel in Richtung des Tunnelportals von Goeschenen im Kanton Uri. (KEYSTONE/Martin Ruetschi) SCHWEIZ GOTTHARD STRASSENTUNNEL AUSSCHREIBUNG

Assainir en une seule tranche le tunnel routier du Gothard sans isoler le Tessin du reste du pays, boucler les chantiers à prévoir plus tôt, éviter le percement d’un second tube et ainsi économiser près d’un milliard au budget fédéral, c’est possible! Il suffirait de mettre sur les rails les trois «chaussées roulantes» imaginées par une task-force d’ex-ingénieurs des transports, le plus souvent anciens des CFF*.

Tempes grises, discours posés, propos argumentés et réflexion mûrie, ils se présentent par l’intermédiaire de leurs «locomotives», Oskar Stalder et Serge Anet, comme des «citoyens, indé...