Coronavirus: la Suisse importe davantage de pommes de terre

Les restaurants encore fermés, les pommes de terre du pays ont la cote. Revers de la médaille, la Confédération doit importer 5000 tonnes supplémentaires du 15 mai au 30 juin.

30 avr. 2021, 10:39
Les Suisses cuisines plus de pommes de terre indigènes qu'habituellement.

Raclette, röstis ou en robe des champs: coronavirus oblige, les Suisses cuisinent davantage et volontiers des pommes de terre indigènes. Or ces dernières commencent à manquer. Berne a donc temporairement augmenté le contingent d'importation.

Comme les restaurants sont fermés depuis la mi-décembre à cause de la pandémie de Covid-19, les Suisses mitonnent davantage leurs repas eux-mêmes. Les pommes de terre semblent avoir la cote, puisque les quantités disponibles ne suffisent plus.

Par conséquent, 5000 tonnes supplémentaires de patates pourront être importées du 15 mai au 30 juin, annonce la Feuille fédérale. Cela correspond à 5% de la quantité annuelle totale, précise la porte-parole de l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) Florie Marion, contactée vendredi par Keystone-ATS.

Pas inhabituelles

Ces augmentations de quotas ne sont pas inhabituelles lorsque la demande pour un produit agricole dépasse l'offre. Elles se produisent même régulièrement, comme en 2017, lorsque la récolte de pommes a chuté de 35% en raison des dommages causés par le gel en avril.

En revanche, la situation est tout autre pour les pommes de terre à frites: depuis qu'elles ne peuvent plus être mangées dans les restaurants, leur consommation a fortement chuté, explique l'OFAG.