Coronavirus: fatigue, stress ou solitude... la crise affecte la qualité de vie de nombreux Suisses

Selon une étude zurichoise, plus d'un Suisse sur trois trouve que sa qualité de vie s'est détériorée durant la pandémie de coronavirus. Près d'une personne sur deux ont de la peine à s'endormir et présentent des signes de fatigue.

17 avr. 2020, 13:34
Les rues vides pendant la crise du coronavirus n'ont pas seulement un impact sur les ventes des magasins, mais aussi sur l'humeur de nombreuses personnes. (Illustration)

La crise du coronavirus pèse sur l’esprit de nombreux Suisse. Plus d’un tiers des personnes interrogées dans le cadre d’une étude zurichoise ont déclaré que leur qualité de vie s’est détériorée.

 

 

L’étude «Covid-19 Social Monitor» de la Haute école des sciences appliquées de Zurich (ZHAW) et de l’Université de Zurich montre que 35% des personnes interrogées estiment que leur qualité de vie générale s’est détériorée par apport à la période précédant la crise du coronavirus. Seuls 9% ont déclaré que leur qualité de vie s’est améliorée, a indiqué vendredi la ZHAW.

Environ 50% des personnes interrogées présentent certains symptômes de stress psychologique et d’épuisement: difficultés à s’endormir ou à dormir la nuit et des signes de fatigue. Environ 9% se sentent souvent ou très souvent seules.

Impact majeur

Selon l’enquête, la crise du coronavirus a également un impact majeur sur les traitements médicaux. Au cours des premières semaines de la crise, six traitements médicaux sur dix n’ont pas été réclamés. Il s’agit notamment de rendez-vous avec des médecins de famille ou des dentistes, à l’hôpital ou avec des psychologues.

L’étude «Covid-19 Social Monitor» a été réalisée par la ZHAW et l’Institut d’épidémiologie, de biostatistique et de prévention de l’Université de Zurich. Environ 2000 personnes de toutes les régions de Suisse sont régulièrement interrogées.