Commerce du vin: moins de 2% des entreprises contrôlées en 2018 ont commis des fraudes graves

Les infractions graves restent rares dans le commerce du vin si l'on en croit les chiffres de 2018. Moins de 2% des entreprises contrôlées ont commis des manquements qualifiés.
11 juin 2019, 10:05
Le CSCV est devenu au 1er janvier 2019 l'unique organe de contrôle du commerce des vins en Suisse, reprenant aux organes cantonaux le contrôle d'environ 1100 vignerons-encaveurs. (illustration)

Les fraudes graves dans le commerce du vin restent peu nombreuses. Moins de 2% des 1336 entreprises contrôlées par l'organisme de la Confédération ont commis des manquements qualifiés en 2018. Un résultat comparable aux années précédentes.

Dix-neuf entreprises ont été dénoncées aux autorités compétentes, à savoir essentiellement aux chimistes cantonaux, indique mardi le Contrôle suisse du commerce des vins (CSCV) dans un communiqué. C'est exactement le même nombre que l'année précédente. Etiquettes trompeuses, coupages ou assemblages non autorisés ou encore fausses déclarations figurent parmi les infractions les plus récurrentes.

Concernant les autres maisons, 450 n'ont suscité aucun grief et 701 ont occasionné des remarques. Il s'agissait principalement de demandes administratives ou permettant l'amélioration des contrôles.

Durant l'année sous revue, 303 entreprises ont cessé leur activité et 400 autres ont été créées, précisent les contrôleurs. Au total, 3715 entreprises étaient enregistrées auprès du CSCV au 31 décembre 2018.

Moins de dénonciations en 2019

Le CSCV est devenu au 1er janvier 2019 l'unique organe de contrôle du commerce des vins en Suisse, reprenant aux organes cantonaux le contrôle d'environ 1100 vignerons-encaveurs. Il peut prendre lui-même des mesures administratives. Les cas de dénonciations devraient ainsi diminuer et être remplacés, du moins en partie, par de telles mesures, souligne le CSCV.