CFF: Valora rafle la mise avec les CFF pour exploiter 262 emplacements

Les CFF ont annoncé jeudi avoir attribué à Valora la gérance de 262 surfaces de vente dans les gares de toute la Suisse. Le détaillant bâlois continuera donc à posséder des places de choix pour ses kiosques et magasins de proximité, dont les nouveaux ouvriront d'ici 2021.

25 avr. 2019, 07:17
Valora est déjà très présente dans les gares suisses via ses quelque 1200 magasins, dont "Avec". (Illustration)

Valora pourra exploiter les 262 kiosques et surfaces de proximité mis au concours par les CFF. Le détaillant bâlois a remporté l'appel d'offres de la régie pour 2021, ce qui lui permettra d'ajouter 31 sites, dans toute la Suisse, à son réseau.

Les cinq lots attribués comportent 116 kiosques et 146 surfaces de proximité, ont annoncé jeudi les CFF et Valora. Dans le détail, il s'agit de 191 magasins K Kiosk, 8 Press&Books et 32 surfaces "Avec". Le groupe bâlois exploite déjà près de 1200 magasins en Suisse, dont encore Caffè Spettacolo et Bretzelkönig. Il collabore avec les CFF depuis presque un siècle.

Les contrats de bail portent jusqu'en 2030. Les nouveaux magasins ouvriront leurs portes progressivement d'ici 2021.

Accent sur le local et le régional

"La hausse de la mobilité rend ces points de vente particulièrement attractifs", se félicite Valora. Cette attribution renforce la place de leader occupée dans les kiosques par le groupe bâlois. Elle "complète de manière optimale le mix actuel de locataires nationaux, mais aussi de plus en plus locaux et régionaux", estiment de leur côté les CFF.

Les investissements nécessaires se montent à quelque 16 millions de francs en 2019 et 44 millions en 2020. Les travaux commenceront au deuxième semestre de cette année.

Cette annonce intervient trois semaines après l'inauguration par Valora d'un nouveau concept de "superette du futur" à Zurich, soit un magasin automatisé doté des dernières technologies numériques. Cette "box" se présente comme une boutique d'environ 40 m2 achalandée d'un millier de références (boissons, snacks, fruits et légumes...), à laquelle le client accède après avoir scanné un code QR via une sorte de "clé électronique individualisée".

Une fois les emplettes scannées, le client finalise le paiement sur son smartphone. Ces épiceries robotisées doivent d'abord être testées dans un nombre restreint d'emplacements, dont un en Romandie, avant d'éventuellement essaimer dans toute la Suisse.

Accueil enthousiaste

L'annonce de l'adjudication de jeudi, peu de temps après le lancement de ce concept robotisé innovant, a suscité l'enthousiasme des investisseurs. L'action a bondi de près de 11% à l'ouverture de la Bourse suisse, avant cependant de redescendre quelque peu (+7,1% à 263 francs vers 10h30).