Réservé aux abonnés

Ces lobbyistes qu’on veut cacher

Le Conseil national refuse d’apporter un peu plus de transparence sur les activités des groupes de pression et de leurs agents.
19 juin 2019, 00:01
ARCHIVBILD ZU LOBBYING --- Lobbyisten und Nationalraete diskutieren in der Wandelhalle, am Mittwoch, 17. Maerz 2010, waehrend der Fruehlingssession der Eidgenoessischen Raete in Bern. (KEYSTONE/Peter Klaunzer) SCHWEIZ LOBBYING

Circulez, il n’y a rien à voir! Le Conseil national a dit «niet», hier, à un projet qui visait à instaurer un peu plus de transparence dans l’activité des lobbyistes sous la Coupole fédérale. Aujourd’hui, pour déambuler dans les Pas perdus, ceux-ci doivent obtenir l’un des deux précieux sésames à disposition de chacun des 246 parlementaires. Chaque élu attribue librement ses deux badges permanents, généralement à des membres de sa famille, des collaborateurs personnels ou des lobbyistes.

Une initiative parlementaire du sénateur Didier Berberat (PS/NE) voulait supprimer cette dépendance et insta...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois