Car Postal veut introduire 100 bus non polluants d’ici 2024

100 cars postaux écologiques pourraient voir le jour d’ici 2024. Des véhicules électriques pourraient se multiplier sur le plateau. De nouvelles alternatives techniques doivent encore être trouvées pour les lignes de montagne.

09 févr. 2020, 15:51
Car Postal espère entamer sa transistion écologique dès que possible. (Illustration)

A l’horizon 2024, Car Postal souhaite se doter de 100 véhicules fonctionnant au carburant alternatif. Pour réaliser cette ambition, l’entreprise doit toutefois trouver des financements supplémentaires et va solliciter la Confédération et les cantons.

Le but est de constituer à terme un parc de véhicules 100% vert, indique à Keystone-ATS, Valérie Gerl, porte-parole de Car Postal. Elle a confirmé les propos du responsable de Car Postal, Christian Plüss, parus dans la NZZ am Sonntag.

Différences de solutions

Les solutions pourraient varier selon les lignes et la configuration des cantons. Si les véhicules électriques sont adaptés pour le Plateau, il reste à trouver de nouvelles alternatives techniques pour les lignes de montagne.

Aussi le responsable de Car Postal reste-t-il vague quant aux délais visés pour doter l’entreprise d’un matériel roulant 100% écologique. Très ouverte au sujet des énergies alternatives, l’entreprise va conseiller les cantons sur les solutions les mieux adaptées, déclare la porte-parole de Car Postal.

Financement à trouver

L’argent est au demeurant le nerf de la guerre. Les cent véhicules écologiques ont un coût qui pourrait s’élever à plusieurs dizaines de millions.

Le prix de tels véhicules est environ le double de celui d’un véhicule diesel. De plus, les hangars devraient dès lors être équipés d’installations électriques plus performantes pour recharger les batteries.

L’entreprise Car Postal n’est pas en mesure de prendre en charge seule ces nouvelles dépenses, relève Christian Plüss. Sous réserve de décision favorable en matière de financement, le canton des Grisons pourrait être le premier à introduire une douzaine de véhicules électriques, dans un délai qui reste toutefois à préciser.