Berne: les passagers d'un train mis en quarantaine à cause d'une fausse alerte à la tuberculose

Pourquoi le train reliant Berne et Bienne a-t-il été stoppé en gare de Lyss mardi soir? Les passagers, qui n'avaient pas le droit de sortir des wagons, ont eu pour seule réponse qu'il s'agissait d'une "urgence médicale". Un témoin affirme qu'un homme a signalé à une contrôleuse qu'il avait la tuberculose. Il ne s'agissait finalement que d'une fausse alerte.

28 mars 2019, 11:17
Les passagers ont dû rester dans le train durant de longues minutes sans savoir ce qu'il se passait (illustration).

«Une urgence médicale», c’est la seule information donnée mardi soir aux passagers du train régional qui circulait entre Berne et Bienne. Lorsqu’ils se sont arrêtés en gare de Lyss, on leur a demandé de rester dans les wagons et les portes sont restées fermées, indiquent nos confrères de 20Minuten, alertés par un lecteur. 

La police et du personnel médical sont alors intervenus dans l’un des wagons. Un témoin raconte avoir entendu un passager se plaindre à une contrôleuse parce qu’il souffrait de tuberculose. Une maladie respiratoire potentiellement mortelle qui fait encore 1,6 million de morts chaque année dans le monde.

A lire aussi : Santé: une nouvelle stratégie nécessaire pour éradiquer la tuberculose d'ici à 25 ans

Tous les voyageurs ont dû donner leurs coordonnées à la police. La personne souffrante a été évacuée et, après 30 minutes, les gens ont pu descendre du train.

La médecin cantonale bernoise a par la suite pu confirmer qu’il ne s’agissait que d’une fausse alerte. Mais la menace justifiait, selon elle, un tel dispositif. L’immunologue bernois Beda Stadler n’est pas de cet avis. Il estime ces mesures disproportionnées, la tuberculose étant certes contagieuse, mais il faut rester dans la même pièce qu’une personne contaminée pendant plusieurs heures pour être infecté.