Au-Heerbrugg SG: la population dit non au voile

Par 990 voix contre 506, les habitants de la commune d'Au-Heerbrugg ont accepté le référendum lancé par l'UDC conre le port du voile.

09 févr. 2014, 15:29
En Suisse, la distinction est clairement faite pour le port du voile. Autorisé pour les élèves, il ne l'est pas pour les enseignantes. Le CPLN se réfère à un arrêt du Tribunal fédéral datant de 1997 où une enseignante voilée genevoise était reboutée.

Les deux fillettes somaliennes devront enlever leur voile si elles veulent suivre l'école primaire à Au-Heerbrugg, dans le canton de St-Gall. Par 990 voix contre 506, les habitants de la commune ont accepté le référendum lancé par l'UDC. La participation a atteint 37,4%.

L'été dernier, deux fillettes de 10 et 12 ans avaient été renvoyées à la maison par le directeur de l'école primaire parce qu'elles portaient le voile islamique. La commission scolaire avait peu après décidé qu'elles pouvaient réintégrer les cours.

L'UDC locale ne l'a pas entendu de cette oreille et a lancé un référendum. "La famille concernée sera informée la semaine prochaine", a indiqué à l'ats Walter Portmann, le président de la commission scolaire.

Recours toujours possible

Un recours est toutefois toujours possible. Dans ce cas, l'interdiction serait reportée le temps de la procédure.

Malgré le 'oui' dimanche, la situation reste floue. On se souvient que le Tribunal fédéral avait débouté en juillet dernier la commune de Bürglen (TG) face à deux jeunes Somaliennes.

Selon la plus haute instance helvétique, l'interdiction du foulard constitue une "ingérence dans la liberté religieuse des écolières". Elle nécessite par conséquent une loi au sens formel. Un simple règlement ne suffit pas.

A Au-Heerbrugg, les deux Somaliennes sont arrivées en 2012 avec leur famille. Depuis l'automne 2012, elles suivaient des cours d'allemand pour enfants étrangers à l'école primaire. Dans cette classe spéciale, elles étaient autorisées à porter le voile.

Elles ont ensuite été intégrées à une classe normale. C'est l'enseignant de cette classe qui les a renvoyées à la maison parce qu'elles portaient le voile.

Cheval de bataille de l'UDC

L'UDC ne veut pas en rester là. Ce parti a déjà déposé une motion au Grand Conseil pour faire interdire le port du voile à l'école.

Jusqu'ici, seul le Tessin interdit le port de la burqa et du nikab dans l'espace public après un vote en septembre dernier: il avait recueilli près de 65% de oui.

Des tentatives ont été lancées au niveau national, mais ont échoué. Plusieurs essais n'ont pas abouti dans les cantons de Bâle-Ville, Berne, Schwyz et Soleure.